Préambule

À lire aussi :

Les communautés pilotes d’artisans mineurs
de l’Or Équitable

Depuis son origine, l'Alliance pour l’exploitation Minière Responsable (ARM) a accompagné différentes communautés de mineurs au sein de plusieurs pays d’Amérique du Sud, en s’appuyant sur des ONG locales qui ont fourni un travail important. Véritables projets pilotes pour l’application des normes « Or Équitable », c’est au sein de ces différentes communautés de mineurs que verront le jour, en 2010, les premiers producteurs d’Or labellisés « commerce équitable ».

Coopérative minière de Cotapata
Bolivie

 Située au cœur du Parc national de Cotapata à 4 500 mètre d’altitude, la coopérative minière de Cotapata a été fondée en 1991. Elle regroupe, à ce jour, 88 travailleurs, dont 10 femmes.

Exploitant une mine souterraine de roches dures, la coopérative minière de Cotapata produit mensuellement environ 2,5 kg d’Or.

Outre son haut niveau d’organisation, la coopérative minière de Cotapata est reconnue comme l'une des rares coopératives de producteurs d'Or qui fonctionne avec un système fermé de récupération du mercure et offre une sécurité totale à ses mineurs. De part son emplacement au cœur d’un parc national, la coopérative a mis en place depuis plusieurs années des pratiques d'exploitation minière responsable.

Haut de page…

Société minière de Macdesa
Pérou
(en cours de certification « commerce équitable »)

 Située dans le village de Cuatro Horas, dans la province de Caraveli au sud du Pérou, Macdesa est une société minière fondée en 2004 par le regroupement de 478 mineurs artisanaux. Aujourd’hui, Macdesa compte 388 actionnaires, répartis au sein de 4 groupes de producteurs indépendants. En outre, Macdesa a noué des partenariats avec d’autres groupes de mineurs, et entretient une collaboration avec un groupe de mineurs constitué exclusivement de femmes. Au total, plus de 550 familles vivent de l’exploitation de la mine de Macdesa.

La société minière de Macdesa exploite une mine de roche dure et traite environ 400 tonnes de minerai par mois.

L’accroissement des revenus a permis de jouer un rôle majeur dans le développement local avec la réalisation d’importants projets d’infrastructures et sociaux : développement d’un réseau électrique et d’un réseau d’alimentation d’eau, mise en œuvre d’un service médical et de fourniture de médicaments, installations d’écoles élémentaires, installations sportives, collecte des déchets, etc.

Haut de page…

Sociedad de Trabajadores Mineros
Pérou

 La mine de la Sociedad de Trabajadores Mineros , la « société des travailleurs des mines » ou SOTRAMI, jouxte le village de Santa Filomena, dans le désert d'Atacama au Pérou central. La SOTRAMI est née en 1989 à l’initiative de mineurs artisanaux qui souhaitaient, à l’époque, obtenir une concession minière. A ce jour, la Sotrami est détenue par 166 coactionnaires et exploite une concession minière d’environ 1 000 hectares.

La SOTRAMI exploite une mine souterraine en roche dure et traite en moyenne 700 tonnes de minerai primaire par mois et 200 tonnes de résidus. Actuellement, la société travaille sur une technologie de traitement plus efficace : la lixiviation au cyanure en cuves agitées, afin d’augmenter sa capacité de production à 30 tonnes de minerai par jour.

Haut de page…

Communauté aurifère de Relave
Pérou

 La Comunidad Aurifera Relave, la communauté aurifère de Relave ou Aurelsa, est située dans la province de Parinacochas (région d’Ayacucho au sud du Pérou). Aurelsa est né en 1997 à l’initiative de 86 individus, 78 hommes et 8 femmes, qui ont fondé cette société privée pour l’obtention de titres miniers. Aujourd’hui Aurelsa exploite 7 mines réparties sur des concessions minières d’environ 1 000 hectares.

Trois groupes de travailleurs affiliés et différents groupes de mineurs indépendants exploitent les 7 galeries souterraines des mines de roche dure. Ils traitent environ 180 tonnes de minerai par mois. Le minerai extrait est traité au sein de la propre usine de la société, à partir d’une méthode de lixiviation par cyanure.

Les principaux défis des mineurs d’Aurelsa sont aujourd’hui d’améliorer leurs méthodes de traitement, avec notamment la mise en place d'un laboratoire pour le dosage de l'Or, mais aussi de construire leur propre usine d’élution du carbone chargé d’Or. Le premier envoi d’Or produit par Aurelsa vers la France a été réalisé en octobre 2008.

Haut de page…

Les Pallaqueras
Association des femmes sélectionneuses de minerai « Nouvelle Espérance »
Pérou
(en cours de certification « commerce équitable »)

 Association sans but lucratif créée en 2003, Pallaqueras (littéralement les « trieuses minérales ») regroupe près de 180 membres (40 à l’origine), exclusivement des femmes, sur la commune de Santa Filomena dans le désert d'Atacama au Pérou central. Membre de l’Association Nationale des Femmes dans le Secteur Minier Artisanal au Pérou, cette association, baptisée « nouvelle espérance », collabore avec la SOTRAMI afin d’effectuer des travaux de collecte des minéraux précieux et de tri des déchets miniers. Le minerai collecté, vendu à la SOTRAMI, permet de générer des revenus supplémentaires pour ces femmes.

L’association des femmes de Santa Filomena partage ainsi de nombreuses valeurs sociales avec les standards du commerce équitable et espère, à ce titre, obtenir la certification « Or Équitable » dans le cadre de ses travaux de collecte.

Haut de page…

Association des trieuses de minerai de Cuatro Horas
Pérou
(en cours de certification « commerce équitable »)

 Créée en 2004, l’association des trieuses de minerai est située au sein de la ville de Cuatro Horas, dans la province de Caraveli au sud du Pérou. Association sans but lucratif membre de l’Association Nationale des Femmes dans le Secteur Minier Artisanal au Pérou, cette communauté regroupe environ 150 femmes qui effectuent la collecte et le tri des résidus rejetés par la société minière Macdesa.

Haut de page…

Coopérative minière de Bella Rica
Équateur
(en cours de certification « commerce équitable »)

 Fondée en 1993, la coopérative minière de Bella Rica est située dans le canton de Ponce Enriquez, province d’Azuay, dans le sud de l’Équateur. La coopérative a été créée dans le cadre du programme de la Banque Mondiale pour le développement de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle (ASM – Artisanal and Small Scale Mining) afin de lutter contre la croissance incontrôlée de l’exploitation minière dans la région. La coopérative détient une vaste concession minière, de 1 422 hectares. Elle est composée de 141 membres, 118 hommes et 33 femmes, répartis au sein de 56 sociétés minières.

L’une de ces sociétés, Comimach, exploite les mines souterraines et traite en moyenne 300 tonnes de minerai pas mois.

À ce jour, Comimach fait partie des sociétés minières les plus avancées en matière de certification Or Équitable. À ce titre, la société a accueilli et financé en partie l’atelier de pré-certification menée par FLO pour l’ensemble des projets pilotes de l’ARM en juin 2009.

Haut de page…

Coopérative minière de Llanada
Colombie
(en cours de certification « commerce équitable »)

 La coopérative minière de La Llanada, ou Coodmilla, est située sur la commune de La Llanada, dans la région de Narino, au sud de la Colombie. Créée en 1977, la coopérative est issue du legs d’une entreprise américaine, qui exploitait les mines d’El-Canada et de la Palmera dans les années soixante-dix, à d’anciens travailleurs de la mine. À ce jour, la coopérative est composée de 167 collaborateurs, permettant à 372 familles de vivre de l’exploitation minière, représentant 1 860 personnes.

L’Or est récupéré selon une méthode gravimétrique, sans utilisation de cyanure ou de mercure.

Le processus de certification « Or Équitable » va nécessiter de mener des investissements supplémentaires, mais également de nouveaux efforts en matière d’économie solidaire ou de travail des femmes.

Haut de page…

Association minière artisanale de Cumbitara
Colombie
(en cours de certification « commerce équitable »)

 L’association minière artisanale de Cumbitara est située dans le nord-ouest de la région de Narino, au sud de la Colombie. Association sans but lucratif, Cumbitara a été crée en 1992 à l’initiative d’une coopérative de mineurs artisanaux qui souhaitaient formaliser leurs activités afin d’avoir accès aux explosifs et aux aides de l’État. Cumbitara regroupe actuellement 25 membres, dont 5 femmes.

Aujourd’hui, 630 mineurs interviennent dans les différentes mines souterraines de Cumbitara, permettant de traiter environ 100 tonnes de minerai par mois.

Dans l’immédiat, les principaux enjeux pour l’association de Cumbitara, dans le cadre de l’obtention de la certification « Or Équitable », sont environnementaux, avec notamment le traitement des eaux usées et des résidus, ainsi que la gestion des eaux souterraines. À ce titre, une expérience est en cours pour permettre la revente des sables résiduels, qui peuvent être utilisés comme matériaux de construction.

Haut de page…