objectifs

À lire aussi :

Les objectifs des standards
de l’Or Équitable

Les standards de l’Or Équitable établis par ARM et FLO s’articulent autour de quatre objectifs majeurs, qui constituent la clef de voute du développement des communautés minières : le développement social, le développement économique, le développement du travail et enfin le développement environnemental.

Le développement social

 La commercialisation de l’Or Équitable doit contribuer au développement et à la qualité de vie pour les communautés minières artisanales, composées d’une majorité de membres ou actionnaires qui sont des mineurs actifs. Ainsi, les revenus générés par ce commerce doivent bénéficier, tant socialement qu’économiquement, aux mineurs et à leurs familles.

En outre, ces communautés se doivent d’avoir une structure démocratique et une administration transparente. Ainsi, tous les membres et actionnaires, sans aucune discrimination concernant l'adhésion et la participation, doivent être en mesure d’exercer un contrôle efficace de la gestion, y compris des décisions concernant la répartition des bénéfices. À l’instar d’une société privée, l’organisation tient ainsi chaque année une assemblée générale où les comptes de la communauté sont présentés de manière compréhensible et claire pour tous, avant d’être approuvés.

Le développement économique

 Afin d’assurer leur développement économique, les organisations de mineurs commercialisant de l’Or Équitable se doivent d’avoir accès aux moyens logistiques, administratifs et techniques nécessaires pour faire parvenir des produits de qualité sur le marché.

La communauté perçoit et assure la gestion de la prime de commerce équitable, ou prime de développement, en toute transparence pour ses membres mais également pour ARM-FLO. Cette prime sera en vigueur dès que la communauté sera certifiée. Ainsi, l'organisation s'engage à utiliser la prime de commerce équitable de manière appropriée et planifiée pour renforcer progressivement sa solidité économique. À ce titre, la communauté s’engage à œuvrer à l’amélioration des techniques d’extraction, en faveur de technologies plus propres et plus efficaces, afin d’accroître sa productivité et assurer ainsi sur la durée sa rentabilité économique.

Le développement du travail

 Afin de réduire la pauvreté et renforcer la gouvernance démocratique, les communautés de mineurs commercialisant l’Or Équitable appliqueront les notions de travail décent, telles que définies par l’OIT, Organisation International du Travail.

Dans le cadre général, ces normes visent à assurer un revenu équitable, un environnement sécurisé sur le lieu de travail et un cadre de protection et d’intégration sociale pour les travailleurs et leurs familles. ARM et FLO ont adapté ce cadre général aux organisations de mineurs, afin d’établir une série de critères à respecter pour se prévaloir d’un label Or Équitable.

Ainsi, les organisations produisant de l’Or Équitable s’engagent à :

  • bannir tout travail forcé ou non rémunéré ;
  • éliminer les discriminations au travail, notamment à l’encontre des femmes mineurs ou envers des groupes sociaux spécifiques ;
  • abolir le travail des enfants et inciter des actions sociales d’éducation ;
  • garantir des conditions de santé et de sécurité sur le lieu de travail, à travers des équipements de protection, des actions de formation ;
  • mettre en place des mécanismes de protection sociale ;
  • autoriser la liberté d’association, le droit de représentation et de négociation collective ;
  • assurer des conditions de travail et de rémunération décentes.

Le développement environnemental

 Les exigences environnementales du commerce équitable appliquées à l’extraction d’Or visent à réduire les risques habituels et les impacts environnementaux les plus importants induits par l'exploitation minière artisanale. Ces exigences ont ainsi permis d’établir des priorités parmi les défis environnementaux qu'affrontent les communautés minières et ainsi d’envisager, avec réalisme, de réduire leur impact environnemental dans le court ou moyen terme.

Les organisations doivent ainsi contribuer, dans leurs zones d’action, à la protection de l'environnement et de l’écosystème, de la santé humaine et à la restauration écologique. Ainsi, lorsque des substances toxiques sont utilisées par les organisations dans leurs exploitations minières, que des rejets sont déversés dans les eaux et que la biodiversité est affectée négativement par les activités minières, des mesures doivent être prises pour identifier, mesurer, gérer, diminuer puis éradiquer les impacts nocifs.

Ces normes comportent toutefois une catégorie supérieure définie selon les normes établies par la Green Gold Corporation de Colombie. Une prime additionnelle différente de la prime de commerce équitable peut ainsi être adjointe, qui pourra compenser les pertes économiques dues à un taux inférieur de récupération d'Or lors de l'utilisation de techniques de traitement sans mercure ni cyanure.